le blog

Blog Coach Sportif

Continuer le sport avec de l'arthrose

Touchant environ 10 millions de français, l’arthrose est la maladie articulaire la plus fréquente. Elle consiste en la destruction du cartilage, ce tissu à la jonction entre les pièces osseuses du squelette qui amortit les chocs dus aux mouvements.

Si l’arthrose fait souffrir, faut-il pour autant proscrire ou au contraire encourager la pratique sportive ?

Quand le cartilage est détruit, les articulations glissent l’une sur l’autre. De nombreuses arthroses sont asymptomatiques, mais elles font souffrir quand elles se manifestent, et la raideur articulaire s’installe. En effet, en perdant cette couche de protection, une personne souffrant d’arthrose est confrontée à des douleurs très intenses. Les symptômes sont ainsi douleurs, pertes de mobilité, raideurs, déformations.

Toutes les articulations peuvent être touchées par l’arthrose mais certaines, comme le coude et la cheville, sont moins atteintes.

Quels sont les facteurs de risques ?

  • L’âge et le vieillissement : le risque d’arthrose augmente avec l’âge
  • L’hyperpression : la surcharge pondérale (à la fois facteur d’apparition mais aussi d’aggravation de la maladie), les traumatismes articulaires, le port fréquent de charges lourdes
  • Certaines pratiques sportives : sports sollicitant les articulations de manière répétée et intensive
  • Les désordres métaboliques comme le diabète
  • Certaines postures ou actions fréquemment répétées dans le cadre de son métier
  • L'hérédité : notamment en ce qui concerne l’arthrose des doigts
  • Les anomalies anatomiques : déformations des membres ou anomalies du squelette
  • Certaines maladies ou pathologies de l’articulation

Conséquences de l'arthrose

La maladie peut constituer une source d’invalidité et entraîner ainsi une diminution de la qualité de vie. Quand l’arthrose est avancée, certains gestes deviennent compliqués et douloureux à réaliser. Cela impacte donc la santé physique mais également le mental avec un risque de dépression.

De plus, pour une personne souffrant d’arthrose, les gestes de la vie quotidienne peuvent devenir difficiles à accomplir : faire ses courses, sa toilette, bricoler, etc. La qualité du sommeil serait en outre moins bonne, et l’arthrose, cumulée à d’éventuelles autres maladies qui peuvent survenir à un âge avancé, peut s’avérer très handicapante.

Peut-on continuer à faire du sport ?

Le traitement de l’arthrose est principalement symptomatique : par des médicaments mais aussi par une bonne hygiène de vie et le sport, car l’arthrose s’aggrave avec la sédentarité.

Cependant, lorsque l’arthrose est bien installée, il vaut mieux éviter les sports qui nécessitent des changements d’appui brusques et à fort impact (exemple : tennis, football, handball, rugby, etc.). Il est plutôt conseillé de pratiquer une activité modérée, régulière et progressive. Et avant tout, une activité qu’on aime et qui correspond à nos aspirations.

L’arthrose ne doit pas empêcher la pratique sportive : il s’agit d’adapter la durée de l’effort et son intensité, de pratiquer de façon différente.

L’arthrose ne progresse pas de façon constante. La maladie peut évoluer lentement ou de façon rapide et nécessiter la pose d’une prothèse. Il est conseillé de conserver une activité physique mais de ne pas solliciter l’articulation lors des crises douloureuses.

Le sport constitue donc le meilleur allié pour conserver une bonne mobilité. Car l’entraînement physique renforce les muscles et nourrit le cartilage. Et les muscles protègent les articulations. Par exemple, en cas d’arthrose lombaire, il est judicieux de muscler son dos. Le renforcement musculaire est particulièrement indiqué, ainsi que toute activité telle que la marche.

En outre, l’exercice physique permet de limiter une éventuelle prise de poids qui est l’un des facteurs de risques de la maladie. Enfin, le manque d’activité physique rend les articulations immobiles, celles-ci finissant par se rigidifier.

L’arthrose est donc une maladie avec laquelle le sport peut cohabiter. Toutefois, du sport oui, mais pas n’importe comment. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre kiné avant de vous lancer dans une quelconque activité physique. Dosez votre effort : progressivité doit être votre maître-mot.

Programmez votre cours d’essai !

Nous utilisons des cookies
Nous avons recours à des cookies pour assurer le bon fonctionnement du site. Nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite. Cliquez ci-dessous sur « J'accepte » pour accepter le dépôt de l’ensemble des cookies ou sur « Je refuse» pour les bloquer.